[Améliorations]

Levée aux aurores à 5h, j’ai cuisiné des tomates farcies et le pain du petit dèj, vidé le lave-vaisselle et en attendant que la lessive se termine, j’ai commencé une tunique pour moi. Là, l’expression « tombée du lit » prend tout son sens huhu
J’ai aussi écouté pas moins de cinq flashs info à la radio, et vraiment, que le livre d’une ex-femme amère puisse être à la une me dépasse complètement; si le fait de nous rabâcher l’hypothétique score d’élections abstraites n’est pas de la manipulation de la part des médias, je ne vois pas à quoi ça sert… fin de la parenthèse.

La couture est une façon d’améliorer son quotidien, et aussi parfois celui des autres, vous ne me contredirez pas, n’est-ce pas?

Une doléance de mon webmaster Fred, sans qui ce blog ne serait pas ce qu’il est – un petit hommage au passage ne peut pas faire de mal – qui se déplace à vélo avec la fragile tablette numérique en vrac dans le sac à dos.
J’ai simplement suivi les explications de Ivanne Grain de Maïs, avec le matelassage et tout! qui demande d’ailleurs un peu de patience, le rendu n’en est que plus propre. Pour l’extérieur, je me suis servie d’un jeans imprimé assez sympa – les motifs pour gars, ça ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval!! – une couche de ouate pour le moelleux, et une doublure en molleton pour la douceur. Ça va lui changer la vie, à cette tablette clin
002
003004
006

Une réalisation assez sympa, qui ne demande pas beaucoup de tissu. Pour ce faire, je me suis plongée dans mes chutes. J’ai honte… il n’y en avait pas moins de 20kg accumulés depuis des années dans un carton, immense et pourtant saturé…

007
J’ai soudainement pris conscience de l’étendue des dégâts et me suis mise à un tri drastique et consciencieux. Au final, celles qui pouvaient encore servir n’ont pas été très nombreuses, je le reconnais. Je n’ai pourtant pas pu me résoudre à simplement les jeter à la poubelle, et j’ai planché sur la formule bien connue 2πr. Pour quoi faire?

009 010
011 012 013
014 015

Un sacré pouf! l’assise est bien ferme, on s’en doute, car tout le carton de chutes y est passé! (mais je l’ai tout de suite viré celui-ci pour éviter qu’il ne reprenne du service!!) Et si vous pensez qu’un pouf, très peu pour moi, c’est démodé, plus personne n’en utilise, détrompez-vous, tout le monde ici se le dispute et veut se l’approprier! comme quoi!

016

Pour terminer ma petite série d’aménagements, j’ai cousu de nouveaux rideaux pour le meuble de la salle de bains. Rien de transcendantal, mais c’est le truc fastidieux qu’on remet sans cesse, jusqu’à ce que la tache de dentifrice en trop nous convainque que là, il faut vraiment faire quelque chose. C’est sûr que dans ces conditions, le joli rideau tout neuf semble fantastique, voire magnifique!

003 004

En plus le tissu parfait était juste là sous mes yeux… Quant à ces anneaux clipsables, c’est un belle invention! il faut juste prendre son mal en patience quand il y en a 24 à poser! et pour info, on en trouve de très chouettes sur le net sans casser sa tirelire, parce que dans les enseignes de bricolage, c’est hors de prix. Une bonne chose de faite!

Rubrique atelier couture, baraque & jardin, c'est moi!, créativité | 25 commentaires

[les derniers jours de l'été]

J’avais prévu d’écrire cet article avant la fin des vacances, pour profiter encore d’un petit goût d’août, et ne pas avoir la rentrée en ligne de mire. Mais justement, j’ai tellement travaillé à la tenir à distance, cette rentrée, que l’article est resté à l’état de brouillon, préférant les balades à vélo, les cueillettes et la confiture de pêches, les pique-niques et les baignades en plein air.

Voici quand même les derniers tee-shirts, cousus avant le départ en Alsace et emportés dans la valise.

001
003 004
005 007

Un joli jeu de rayures, et un petit zigouigoui dans le dos. Il est facile à vivre et à porter, dixit l’intéressée au vernis assorti à la tartine…
009

Pour clôturer le défilé de tee-shirts collection été 2014, voilà le noir à paillettes! Anaëlle n’y croyait pas, je l’ai fait! il est superbe et passe en toutes occasions, aussi bien au quotidien que de sortie.

082 084x083

C’est le même genre de tissu à paillettes que j’avais employé pour celui de Isance, et je l’ai encore dans d’autres coloris, que je vous propose à la vente sur le site de La Fibre.

Pour finir, j’avais envie de marquer le coup des noces d’or avec une jolie tunique pour Isance, j’ai nommé The Mara Blouse, une petite merveille de patron!
un plaisir à coudre; sortir les tissus, chercher les associations heureuses, les boutons; une réalisation aisée et sans prise de tête. J’ai vraiment beaucoup aimé, passée l’étape de l’impression et de l’assemblage des feuilles dont j’ai une sainte horreur. Si, si, ça vaut le coup de ne pas se laisser impressionner!
237 238
239

Je crois que c’est fini pour les manches longues maintenant, va falloir se réveiller!

Rubrique atelier couture, créativité | 14 commentaires

[Là où tout a commencé]

Trois semaines de retour aux sources, dont deux dans mon Alsace natale pour une occasion bien particulière, puis une à Gérardmer pour s’aérer.

024
176 199 222283

*Parc de Wesserling* regroupement familial * Ferme des Trois Fours

Cet été, bien que sans chaleur thermique, ne fut sûrement pas sans chaleur humaine! et même si ma dernière confection commence à dater un peu, je ne suis pas restée désœuvrée, tu t’en doutes bien.
À commencer par un peu de ménage dans notre chambre à coucher… {oups}

296

et de la lecture, en veux-tu en voilà. Certains, je me faisais une joie de les lire, et ils m’ont déçue, déçue. D’autres m’ont rebutée, et pourtant m’ont fait passer de très bons moments. Comme quoi… donc voilà un classement crescendo!

299

– – – Cinq jours, Douglas Kennedy: une histoire sans attrait, des personnages plats; des dialogues niais, mais niais! je n’aurais jamais cru qu’on puisse publier un truc pareil. Vraiment, Douglas Kennedy nous avait habitués à une plume plus recherchée, qu’est-ce que je me suis ennuyée!

– – La faiseuse d’anges, Camilla Läckberg: chaque été, je n’y coupe pas, jurant ensuite qu’on ne m’y reprendrait plus. Cette année ne déroge pas à la règle, j’ai lu mon Läckberg et je m’en étonnerais presque. La ficelle commence à être usée: le même fonctionnement d’aller-retour du passé au présent, et un personnage qui pète un câble, voilà toute la recette. L’indigestion n’est pas loin en ce qui me concerne.

+ Noir océan, Stefan Mani: j’avoue, quand j’ai vu « traduit de l’islandais », je l’ai mis dans mon panier sans lire la quatrième de couverture. C’est un auteur que je ne connaissais pas, et pourtant, je reconnais l’écriture islandaise, au rythme tranquille. Elle a une logique différente, presque humoristique par moment, même si la situation n’a rien de drôle. Ceci dit, j’ai apprécié la noirceur des personnages, le huis-clos pesant, la brutalité. Ce n’est pas ce que je lis habituellement, et le dépaysement m’a convenu.

++ L’amour est une île, Claudie Gallay: c’est un style à elle toute seule, Claudie Gallay. Ces phrases qui ne disent pas grand chose mais qui décrivent un décor comme si on était. Des personnages écorchés vif qui nous font vibrer; des histoires de vie qui s’entrecroisent, s’entrechoquent, et nous ballotent; un décor, une ambiance plantés, tel un fil conducteur. Un réel plaisir.

+++ Au revoir là-haut, Pierre Lemaitre: alors ça! un pavé, un Goncourt en plus, ça aurait de quoi faire fuir! et d’ailleurs, c’est ce que j’ai commencé par faire. Mais les dames de la bibli m’ont rattrapée au vol « hop-hop-hop où est-ce que vous allez comme ça, celui-ci il faut que vous le lisiez ». Passées les cinquante premières pages, on ne le lâche plus. Je ne t’en dis pas plus, je n’ai pas la prétention de faire le papier, mais si tu as fui jusqu’à maintenant, lis ces cinquante premières pages et assieds-toi.

Et toi qu’est-ce que tu as glissé dans ta valise et que tu me conseilles?

 

Rubrique bouquinage, c'est moi!, en vadrouille, petits bouts de moi, se cultiver | 11 commentaires