[Là où tout a commencé]

Trois semaines de retour aux sources, dont deux dans mon Alsace natale pour une occasion bien particulière, puis une à Gérardmer pour s’aérer.

024
176 199 222283

*Parc de Wesserling* regroupement familial * Ferme des Trois Fours

Cet été, bien que sans chaleur thermique, ne fut sûrement pas sans chaleur humaine! et même si ma dernière confection commence à dater un peu, je ne suis pas restée désœuvrée, tu t’en doutes bien.
À commencer par un peu de ménage dans notre chambre à coucher… {oups}

296

et de la lecture, en veux-tu en voilà. Certains, je me faisais une joie de les lire, et ils m’ont déçue, déçue. D’autres m’ont rebutée, et pourtant m’ont fait passer de très bons moments. Comme quoi… donc voilà un classement crescendo!

299

- – - Cinq jours, Douglas Kennedy: une histoire sans attrait, des personnages plats; des dialogues niais, mais niais! je n’aurais jamais cru qu’on puisse publier un truc pareil. Vraiment, Douglas Kennedy nous avait habitués à une plume plus recherchée, qu’est-ce que je me suis ennuyée!

- – La faiseuse d’anges, Camilla Läckberg: chaque été, je n’y coupe pas, jurant ensuite qu’on ne m’y reprendrait plus. Cette année ne déroge pas à la règle, j’ai lu mon Läckberg et je m’en étonnerais presque. La ficelle commence à être usée: le même fonctionnement d’aller-retour du passé au présent, et un personnage qui pète un câble, voilà toute la recette. L’indigestion n’est pas loin en ce qui me concerne.

+ Noir océan, Stefan Mani: j’avoue, quand j’ai vu « traduit de l’islandais », je l’ai mis dans mon panier sans lire la quatrième de couverture. C’est un auteur que je ne connaissais pas, et pourtant, je reconnais l’écriture islandaise, au rythme tranquille. Elle a une logique différente, presque humoristique par moment, même si la situation n’a rien de drôle. Ceci dit, j’ai apprécié la noirceur des personnages, le huis-clos pesant, la brutalité. Ce n’est pas ce que je lis habituellement, et le dépaysement m’a convenu.

++ L’amour est une île, Claudie Gallay: c’est un style à elle toute seule, Claudie Gallay. Ces phrases qui ne disent pas grand chose mais qui décrivent un décor comme si on était. Des personnages écorchés vif qui nous font vibrer; des histoires de vie qui s’entrecroisent, s’entrechoquent, et nous ballotent; un décor, une ambiance plantés, tel un fil conducteur. Un réel plaisir.

+++ Au revoir là-haut, Pierre Lemaitre: alors ça! un pavé, un Goncourt en plus, ça aurait de quoi faire fuir! et d’ailleurs, c’est ce que j’ai commencé par faire. Mais les dames de la bibli m’ont rattrapée au vol « hop-hop-hop où est-ce que vous allez comme ça, celui-ci il faut que vous le lisiez ». Passées les cinquante premières pages, on ne le lâche plus. Je ne t’en dis pas plus, je n’ai pas la prétention de faire le papier, mais si tu as fui jusqu’à maintenant, lis ces cinquante premières pages et assieds-toi.

Et toi qu’est-ce que tu as glissé dans ta valise et que tu me conseilles?

 

Rubrique bouquinage, c'est moi!, en vadrouille, petits bouts de moi, se cultiver | 9 commentaires

[tuto: un torchon!]

Pour la fin de l’année, Isance a offert à ses deux maîtresses des torchons faits maison. C’est un petit cadeau pratique qui ne prend pas de temps, et dont on est presque certain qu’il sera utilisé. J’en avais également cousus pour l’hôtesse de Anaëlle lors de son voyage scolaire à Londres, d’où le choix du tissu « Paris ».

Ce qui cause principalement problème quand on veut coudre des torchons (ou serviettes de table, ou nappes…), ce sont??… les coins, je vous le donne dans le mille! voilà ici ma méthode, toute personnelle, mais qui fonctionne parfaitement.

Tout d’abord, couper dans les angles un petit triangle de 3X3cm.

006

2. Marquer au fer un repli de 1cm sur tous les bords, puis le redéplier.

007

3. Plier les bords en deux, endroit/endroit. Aligner, épingler, et coudre jusqu’à la marque du pli faire précédemment.

009 010

4. Retourner la couture sur l’intérieur, et arranger le repli marqué pour que ce soit joli. Piquer.

012

5. Ne pas oublier d’insérer sur un coin une boucle pour suspendre le torchon!

013 015

Fastoche et tout propre! je vous ai même fait le topo en dpf à télécharger!! 

Rubrique créativité, tutos & idées | 11 commentaires

[obsédée]

Plus le départ en colo approche, plus mon obsession – momentanée, je vous rassure -  pour les shorts va crescendo.
J’avais gardé le patron sous le coude depuis la dernière fois, quelle prévoyance! Isance a choisi les tissus pour cette version très pop 70′s; excellent choix par ailleurs, car il s’agit d’une toile solide, qui ne se froisse pas.
Mais on ne peut décemment pas partir en colo avec deux pauvres shorts dans la valise, non? (hum)

001 004 005

Interlude
Ceux qui me suivent depuis longtemps savent qu’on habite une vieille maison (qui a même sa rubrique sur mon blog), et que dans une vieille maison, eh oui, il y a toujours à faire. Et quand on croit avoir fini… on refait ce par quoi on avait commencé.
Chez nous, en l’occurrence, ce fut notre chambre à coucher.
Et pour faire des travaux dans la chambre à coucher, il faut d’abord la vider, entièrement, même l’armoire, pour pouvoir la démonter et la déplacer. CQFD. C’est de cette manière qu’on décide qu’il y a là vraiment trop de nippes importables/importées depuis trop longtemps.
Comme par exemple, cette robe, portée la dernière fois été 2002. Je n’exagère pas, c’est l’été qui a suivi la naissance de Zélie.
Ensuite, je n’ai plus jamais eu le cœur de la remettre, tachée par endroits, déformée à d’autres… mais le lin mélangé est quand même d’une belle qualité, et méritait une seconde vie…

030
Inspirée par les démonstrations spectaculaires de Wilona, je me suis lancée à mon tour. En ½ heure, c’était plié. Voilà ce que c’est de mijoter pendant 12 ans smiley_hihi

002 013

C’est un sacré gain de temps de pouvoir conserver les coutures des côtés, la poche et un ourlet! même le lien de la ceinture est l’ancien lien du décolleté, « rien ne se perd » disait l’autre…

Je ne crois pas que l’obsession short soit tout-à-fait passée, mais elle s’entend à merveille avec l’autre, j’ai nommé tee-shirt. Il faut bien reconnaître que si ça ne me pique pas en juillet, je ne sais pas quand alors!
surtout ce modèle-là, le Watermelon, déjà fait l’année dernière pour ma grande: rapide, plaisant, joli. Il a tout pour plaire, il était prêt et n’attendait que ça, zou!

003 005
006 008

Quand on a dix ans, il est encore temps de se permettre les cœurs et le rose, non? Après, l’envie passe, et tandis que maman ne pouvait plus voir les voir en peinture, elle en espèrerait presque le retour. Pour la troisième fille, elle sait de quoi elle parle :-|

Et les paillettes alors? PAREIL ou presque. Sait-on jamais.

009
011 012

C’est qu’elle commence à se remplir cette valise! l’honneur est sauf!

Rubrique atelier couture, créativité, tutos & idées | 13 commentaires