[Capsule de février]

Oui, je suis très en retard. Il faut dire que j’ai rencontré quelques déconvenues. J’ai visé un peu trop haut, j’ai voulu trop en faire, et résultat, j’ai manqué le coche. En plus, j’avais d’abord annoncé une chemise. N’importe quoi. La chemise, ce sera pour mars la semaine prochaine.

J’ai cousu non pas un, ni deux, mais trois pantalons!
Le premier, je croyais vraiment que ce serait le bon. J’ai soigné les détails, je me suis appliquée, mais il ne me va pas. Je lui ai coupé les jambes et il sera short, pour ma fille. Vous le verrez dans quelques semaines, il est remisé dans un coin en attendant.
Le deuxième, le voici dans sa version test, cousue dans une toile qui se chiffonne toute seule. J’ignore ce qui s’est passé, mais un décalage s’est crée au niveau de la ceinture, c’est vilain (vous le voyez sur la première image). Je trouve d’autre part sa taille vraiment trop haute. Et pour finir, j’ai du cintrer à l’arrache avec deux pinces cousues de guingois et à travers toutes les épaisseurs parce que ça baillait vraiment trop dans le dos.



pantalon Two together n°14 Ottobre 2/2016,
haut Drape front n°8 Ottobre 5/2016

Comme le test ne m’a pas convenu, j’ai arrêté là les frais. Mais qui sait si je ne réitérerai pas, car je sens le potentiel. Je le porte ici avec un sweat cousu dans un velours ras qui, contrairement à mes attentes, n’est pas chaud du tout, et se prête mieux aux températures printanières qu’hivernales. Il s’agit de ma seconde version de ce haut, dont voici la première, également en velours ras, cousue pour aller avec une jupe.

haut Drape Front n°8, jupe  n°7 Herringbone Ottobre 5/2016

Mais on s’éloigne du sujet là, revenons à ma quête du pantalon idéal. Je cherchais un modèle dans un tissu non-stretch, mais finalement, c’est le tissu qui m’a appelée, un tissu bel et bien stretch pour la peine, qui ne pouvait que convenir.


pantalon n°13 Lampi Ottobre 5/2014,
haut n°19 Two Takes Ottobre 5/2016

Avec trois modèles de pantalon, mon podium est d’un pas portable du tout, un mitigé, et un OK. Par contre, les trois modèles de haut me conviennent bien, c’est quand même moins compliqué.

DSA 9/52

17%
Rubrique atelier couture, créativité, DéfiSansAchat 2017, garde-robe capsule | 10 commentaires

[Février, résumé]

Février est passé à toute allure, sans que je puisse approcher mon blog. Pas que l’envie m’en manque, mais j’avais toujours mieux à faire ailleurs. La preuve…

voyage express vers le Haut-Jura, les crêpes de la Chandeleur, le safari de Peaugres, un joli haut cousu pour ses 15 ans

Ajoutez-y une jolie pelote ramenée de Créativa Grenoble… et vous obtiendrez…

une jolie réussite! c’est mon premier talon façon Fish Lips Kiss, mais sûrement pas le dernier. J’ai adoré, tout simplement, et je n’ai qu’une seule envie: m’y remettre dès que possible. Mais d’abord, la capsule de février pratiquement terminée, celle de mars à envisager. Mais sans se mettre de pression, c’est contre-productif en ce qui me concerne.

 

Rubrique c'est moi!, chaussettes, clic-clic-tricot, créativité, petits bouts de moi | 12 commentaires

[petites choses]

Je ne couds jamais de cadeau de naissance en avance, par superstition je suppose, et également parce que je n’ai pas toujours les informations nécessaires. Alors quand la nouvelle a paru, je me suis précipitée dans mon atelier avec la ferme intention de coudre du tout petit, et non pas de laisser passer plusieurs mois (je suis certaine que vous voyez très bien ce que je veux dire). D’autant plus que c’était l’époque où ça caillait sérieusement, températures négatives et vent glacial, la moelleuse fourrure polaire s’est imposée d’elle-même. Comme le revers était lui bizarrement collant, je l’ai doublé d’un jersey coupé dans deux sous-pulls Petit Bateau trop petits. En résulte un adorable gilet cache-cœur aux finitions aux petits oignons, et si extensible que les nouveaux parents n’auront aucune peine à pêcher le minuscule poing dans la manche pour l’enfilage. Je me suis tout simplement régalée. Et vraiment, quel pied de tailler un vêtement entier dans une chute!

Comme j’en étais à fouiller dans les vêtements classés « recyclage », je suis tombée sur un pull Armor Lux pure laine remisé car…, vous le voyez venir? feutré, bien sûr! je précise qu’il s’agit d’un don, le feutrage n’étant pas de mon fait Et bien, même feutré, c’était de la qualité quand même.
J’ai eu envie de fabriquer des chaussons, et la plus grande pointure que j’aie pu y tailler fut du 30. Qui, ça alors, convenait pile à Éléonore! L’autre coïncidence était que la miss avait justement égaré les siens, ce qui jusque là ne lui posait pas vraiment problème car chez elle c’est chauffé au sol.. Sans le savoir, ni si ceux-là lui iraient, je les lui ai proposés, et ils sont repartis avec elle (ce qui fait qu’elle n’a donc toujours pas de chaussons pour quand elle vient chez sa marraine, où il n’y a pas de chauffage au sol)(pas de bol, plus de pull feutré en stock, j’ai déjà vérifié).

Alors, pour les questions techniques: la semelle est en suédine, en fait le revers d’un morceau de cuir lisse. Je l’ai elle-même doublée de matelassé piqué, puis encore une fois d’une semelle en laine, il faut bien ça pour être isolé du sol tout en gardant un certain amorti. Ce qui fait une épaisseur assez conséquente, mais ouf, c’est passé. L’élastique fait le tour de la cheville, je ne l’ai fixé définitivement qu’après essayage.

Ce qui m’a fait rire, c’est l’échange que nous avons eu lorsqu’elle m’a expliqué que ceux de la maison avaient disparu, qu’elle aurait bien voulu amener ceux-là chez elle, mais comment faire s’ils se salissaient. Je lui ai répondu qu’ils allaient même peut-être s’abîmer et se déchirer, mais que l’essentiel est qu’ils soient à ses pieds plutôt que dans un placard chez moi. Ça m’a amusée de voir qu’elle souhaitait qu’ils restent intacts, comme neufs, et je lui ai raconté qu’avant, ils étaient un pull. Elle ne m’a cru qu’à moitié.

Rubrique atelier couture, créativité | 12 commentaires