[tricoter ou lire, ne pas choisir]

9782356416933-TLors d’une opération commerciale d’Audiolib, j’ai eu la possibilité de choisir gratuitement un livre audio, et je me suis laissée tenter par celui-ci, Demain j’arrête de Gilles Legardinier (2013), qui me bottait déjà dans sa version papier, l’occasion était trop belle!
En ce qui concerne l’histoire même, il s’agit d’une jeune femme un peu dingue qui se prend à espionner son séduisant voisin jusqu’à se prendre réellement au jeu, et se retrouver dans des situations alambiquées. Moi aussi, je me suis prise au jeu, je me suis bien marrée, et il faut bien le dire, la voix de la lectrice y a beaucoup fait.
Par contre, j’ai pu lire des « aaaah, comment faites-vous pour si bien vous mettre dans la peau d’une femme, etc » qui m’ont personnellement un peu vexée, car je ne me suis pas du tout retrouvée dans Julie, qui est, à mon goût, bien gourde, ce qui donne tout son charme à ce personnage, ne nous méprenons pas!
Un réel plaisir à écouter tout en tricotant cette diction agréable et fluide, j’ai même apprécié l’intervention de l’auteur à la fin, où l’on apprend qu’il a une expérience d’écriture au cinéma, ce que je peux volontiers croire, tant l’action se déroule clairement à la lecture, et ceci, sans lourdeur superflue. J’ai eu envie de lui envoyer un mail pour lui dire tout le bien que je pensais, mais ce n’est actuellement pas possible sur son site, je réessaierai dans quelques temps. Par contre, j’y ai vu qu’il avait écrit toute une série dans le même style…

9782356412331.inddJ’ai ensuite enchainé sur un autre livre audio qui m’a donné bien du mal quant à lui, Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, de Katherine Pancol. J’avais bien aimé Les yeux jaunes des crocodiles, que j’ai de plus vu dernièrement en film. J’ai fait l’impasse sur le tome suivant, La valse lente des tortues, qui de toute façon est constamment rappelé dans celui-ci, je n’avais rien à craindre et n’étais pas perdue du tout. D’autre part, le style n’est absolument pas fait pour être lu à voix haute, c’est pesant, répétitif, lassant et pour finir, agaçant. Tout le plaisir de retrouver ces personnages est gâché, définitivement. Voyez cet extrait par exemple, à l’écrit on a tendance à passer dessus rapidement, mais à l’oral, on subit, ni plus ni moins. Vous devez me trouver bien dure, mais je crois que le livre audio ne laisse aucune chance, les défauts sont mis en valeur, et ça passe ou ça casse! j’ai abandonné avant la fin du premier CD (sur les trois). Il n’y aura donc pas de Muchachas pour moi, en tout cas pas  de si tôt!

Finissons sur une note moins salée si je puis dire, avec une petite gourmandise liée à mes racines alsaciennes. Le parfum s’échappant du four laissait présager un délice, la maison s’en est imbibée, et il est tel que dans mes souvenirs. Quant au goût, il est juste parfait, et concurrence sans problème celui de Poulaillon, tout en étant 100% bio et au sel de Guérande!

003

Bon week-end à tous!

 

Rubrique bouquinage, créativité, popote, se cultiver | 6 commentaires

[GIEC*]

*Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (ONU)

007
Lorsque je mettais la dernière main à mon pull, un Owls de Kate Davis, là, dans mon jardin, au soleil, je m’étais fait la réflexion que le dérèglement climatique n’allait pas seulement contrarier les skieurs, mais également les tricoteuses, car les laines épaisses seraient bientôt constamment hors saison, même en plein mois de janvier…

Comme pour me faire mentir, ce matin le givre recouvrait le jardin.
Je vais peut-être quand même pouvoir le porter un peu!

010 011009
012 013

5 ans que je l’avais mis dans mes favoris!
En ce qui concerne la réalisation, c’est un pur bonheur ces modèles sans couture – je sais que je radote. J’ai décidé de l’allonger, car j’aime avoir les reins couverts, ainsi que les manches que j’ai essayées plusieurs fois en cours de route, et qui sont complètement sur mesures.
Quant aux chouettes, après moultes hésitations, j’ai décidé de les laisser telles quelles, sans boutons en guise d’yeux, considérant que le chiné de la laine se suffisait à lui-même.
La laine justement, est une fibre écologique qui pique un peu et sent légèrement la bergerie, mais tout ça me va parfaitement car j’avais envie d’un vrai pull rustique. Porté là, il n’a subi encore aucun lavage, ni blocage, il est dans son jus!

Question réalisation, il m’a fallu moins d’un mois de tricotage plus ou moins intensif selon les jours: le début sur les chapeaux de roue pendant la seule semaine de froid, tout en écoutant un super livre audio, dont je vous parlerai très bientôt! smiley

Rubrique clic-clic-tricot, créativité | 14 commentaires

[Je suis Charlie]

1788623_duverdier-1200_800x400

Rubrique c'est moi!, moi ce que j'en pense | Laisser un commentaire