[Capsule de mars]

Héhé, cette fois, j’ai carrément anticipé, et ma capsule est prête à l’heure, tout arrive!
Il faut dire que pour ce challenge de la chemise, j’avais besoin de prévoir de la marge. C’est quand même assez pointu, une chemise: les empiècements, le pied + col, les poches, les fentes + pattes de manches, sans compter sur la forme que je souhaitais arrondie, style liquette. J’en avais fait il y a fort longtemps une pour un tout petit, et une autre avec une patte polo, mais, à vrai dire, ni à taille adulte, ni pour moi!!


la fameuse forme liquette qui m’a demandé minutie et patience

Ce n’est donc pas sans appréhension que je m’y suis penchée.
J’ai choisi très rapidement un modèle parmi tant d’autres pour ne pas perdre de temps là-dessus et vite commencer à coudre – déjà que la phase préparation du patron avait nécessité une bonne disponibilité – la Vignette n°18 du Ottobre 5/2016, un numéro d’ores et déjà rentabilisé.

Le tissu est une viscose mélangée, un peu glissante, qui se chiffonne toute seule. Bref, pas un tissu qui se laisse facilement travailler. Entoilage et fer à repasser ont eu raison de son petit caractère! Là où je n’ai rien pu faire par contre, c’est pour les défauts d’impression comme on peut en voir un spécimen sur la poche: les pois sont parfois irréguliers, moins ou plus imprimés. Mais ils ne m’ont pas dérangée, ils font partie du côté artisanal, n’est-ce pas!

Question réalisation, j’ai décidé de doubler l’empiècement du dos, ce qui donne une très belle finition à l’intérieur. J’ai également doublé les poches poitrine, aucune couture n’est donc visible. Autre modif: j’ai revu la longueur, en diminuant de 13 cm les devants et 18 cm le dos! J’ai dû alors redessiner la forme liquette pour en conserver le dessin, ce que j’ai fait tranquillement avec un stylo-gomme à même le tissu.


Le fameux col, aussi bien porté ouvert que fermé. C’est sans conteste le moment qui demande le plus de précision pour réaliser une belle surpiqûre aussi bien sur l’endroit que l’envers. La patte de manche ne m’a par contre pas trop plu selon la méthode décrite par Ottobre. Je ferai autrement la prochaine fois, car les épaisseurs sont trop nombreuses à mon goût pour être sereine.


l’embu de la manche magistralement résorbé sans aucune fronce.

Merci à ma complice Lalaure d’avoir partagé mes doutes et envoyé son soutien

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rubrique atelier couture, créativité, DéfiSansAchat 2017, garde-robe capsule | 26 commentaires

[Capsule de février]

Oui, je suis très en retard. Il faut dire que j’ai rencontré quelques déconvenues. J’ai visé un peu trop haut, j’ai voulu trop en faire, et résultat, j’ai manqué le coche. En plus, j’avais d’abord annoncé une chemise. N’importe quoi. La chemise, ce sera pour mars la semaine prochaine.

J’ai cousu non pas un, ni deux, mais trois pantalons!
Le premier, je croyais vraiment que ce serait le bon. J’ai soigné les détails, je me suis appliquée, mais il ne me va pas. Je lui ai coupé les jambes et il sera short, pour ma fille. Vous le verrez dans quelques semaines, il est remisé dans un coin en attendant.
Le deuxième, le voici dans sa version test, cousue dans une toile qui se chiffonne toute seule. J’ignore ce qui s’est passé, mais un décalage s’est crée au niveau de la ceinture, c’est vilain (vous le voyez sur la première image). Je trouve d’autre part sa taille vraiment trop haute. Et pour finir, j’ai du cintrer à l’arrache avec deux pinces cousues de guingois et à travers toutes les épaisseurs parce que ça baillait vraiment trop dans le dos.



pantalon Two together n°14 Ottobre 2/2016,
haut Drape front n°8 Ottobre 5/2016

Comme le test ne m’a pas convenu, j’ai arrêté là les frais. Mais qui sait si je ne réitérerai pas, car je sens le potentiel. Je le porte ici avec un sweat cousu dans un velours ras qui, contrairement à mes attentes, n’est pas chaud du tout, et se prête mieux aux températures printanières qu’hivernales. Il s’agit de ma seconde version de ce haut, dont voici la première, également en velours ras, cousue pour aller avec une jupe.

haut Drape Front n°8, jupe  n°7 Herringbone Ottobre 5/2016

Mais on s’éloigne du sujet là, revenons à ma quête du pantalon idéal. Je cherchais un modèle dans un tissu non-stretch, mais finalement, c’est le tissu qui m’a appelée, un tissu bel et bien stretch pour la peine, qui ne pouvait que convenir.


pantalon n°13 Lampi Ottobre 5/2014,
haut n°19 Two Takes Ottobre 5/2016

Avec trois modèles de pantalon, mon podium est d’un pas portable du tout, un mitigé, et un OK. Par contre, les trois modèles de haut me conviennent bien, c’est quand même moins compliqué.

DSA 9/52

17%
Rubrique atelier couture, créativité, DéfiSansAchat 2017, garde-robe capsule | 13 commentaires